La Liasse.

L'archive des billets de l'Improvisiblog s'enrichit une fois par mois.

Archive for the ‘Des Ménagements’ Category

Le statut du Conteur.

Posted by Phloem sur 5 janvier 2011

Comme vous le constatez, je publie peu ces temps…C’est juste que j’ai beaucoup de travail par ailleurs… Et quelque chose me dit qu’avec la saison des spectacles qui s’annonce, je ne vais pas aller vers plus de publication… J’essaierai néanmoins…

Voici un sujet que je fais remonter, spécialement pour le gens de l’Impropub de Grenoble pour qui je vais aller assurer un cycle de stages sur le conteur et le conte !

J’ai été sensibilisé au conte et à la fonction de conteur lors du passage de Atavi-G Amadegnato à Grenoble, en 2004. Mr Amadegnato est togolais. Ce qui me fait penser que j’ai une conception africaine du conteur.
Mais j’ai aussi l’impression qu’il y des choses transversales qu’on retrouve chez beaucoup de conteurs et conteuses. Voici un condensé de ces choses. C’est une vision parmi d’autres… Je pense que c’est à chacun de bâtir son propre personnage en adéquation avec son sentiment, pour sonner au plus juste…

  • Cell-ui qui conte règne sur le temps et l’espace qui lui est confié.

Statut de personnage légèrement dominant. Présence, aisance, maîtrise.
Sa voix est posée, ventrale.
Il-le est ancré au sol. Ses bras sont toniques, pas en force mais en puissance contenue.
Son regard est intense, dirigé. Il-le vise les regards des autres
La scène est son espace.Il-le s’y installe de manière à voir tout le monde. Et le public est entre ses mains…

  • Cell-ui qui conte a une connaissance certaine (ou sait mentir très bien !)

C’est sa connaissance qui lui autorise d’être dominant-e. Il-le Sait.
S’il ment, tout ce qu’il dit « est vrai ».
Tout ce qu’il fait ou dit, il l’a déjà vu ou entendu.
Tout ce qu’il-le dit est ce qui devait être dit.

  • Cel-lui qui conte recycle.

Il-le sait sait s’imprégner de la culture locale.
Il-le utilise les ritournelles, les jeux d’enfants du passé, les remet à son goût, au goût de l’histoire et les intègre.
De cette manière, il-le se sert de ces éléments autant qu’il les fait réapparaître mais aussi les fait évoluer.

  • Cel-lui qui conte ambiance ses histoires.

Il-le utilise son corps pour produire les sons, les musiques qu’il lui faut.
Il-le peut adopter des personnages en prenant tous les traits.
Il-le alterne entre son propre personnage et ceux de l’histoire.
Les gestes, peu nombreux mais signifiants et précis précèdent la parole.

  • Cel-lui qui conte transmet.

Il-le maîtrise son débit de parole.
Le rythme de ses paroles est celui de l’histoire.
Il-le fait très souvent silence.
Les virgules sont des points et les points sont des respirations.

Des mots, des images, du sensationnel ; Des changements de rythmes, de personnages ; De l’émotionnel ; Utilisation d’étaies d’éléments connus ; Statut dominant…  Du coup, ce n’est pas sans rappeler des notions de PNL et de communication ericksonienne tout ça, non ? (D’ailleurs -petite mise à jour-, je commence à donner des stages d’impro pour les thérapeutes ericksonien-nes… Impro for hypnotizers que ça s’appelle…)
Le conte ayant longtemps été un outil de transmission et d’éducation, pas étonnant qu’au cours du temps, les ressorts permettant une communication plus efficace aient été trouvés…
Et pas étonnant non plus que « le storytelling » aient été repris à leur compte par les politiciens.

Biblio et pistes de réflexion:

Publicités

Posted in Des Ménagements, Formules de Cabaret, Impro et PNL/NLP, Le conte improvisé, Spectacle | Leave a Comment »

Rencontres de l’Instant : Réflexion sur les performances croisées entre impro musicale et théâtrale

Posted by Phloem sur 26 mai 2010

Il y a peu, j’ai participé aux Rencontres de l’Instant.
Je n’y avais jamais participé et c’était très flou, pour moi, ce que ça pouvait donner…
L’idée générale : « On met des gens ensembles et il-le-s font des trucs. »
Un rien léger comme description…
Et j’ai pas mal flippé, avouons-le sur ce à quoi allait ressembler ce festival…
Un peu peur du grand n’importe quoi, avec 3 jours de « toujours la même chose »
Et bien non !

Il y avait des gens de tous horizons artistiques mais la constante c’était qu’il-le-s avaient toustes un niveau de capacités improvisatoires confirmé.

Peinture, modelage, chant, instruments du monde, électriques, électroniques, danse, théâtre,…

Des groupes décidés par l’organisation à l’avance. Des gens qui font connaissance juste avant le spectacle. Une heure de scène avec un titre global à la scène : Aviskada, Les Répliquants, Plume de Licorne et Œil de Lynx, Circle Axing, Eyjafjöll, Histoire d’entendre… Voilà la recette de ces cocktails qui ont donné des ambiances, des histoires, des moments de sensation et d’émotion très varié-e-s.
Un grand plaisir et une grande découverte pour moi.

Et aussi une réflexion sur les performances croisées entre impro musicale et théatrale…

Lors de la première performance à laquelle j’ai participé aux Rencontres de l’Instant, je me suis retrouvé face à une difficulté inattendue.
Il y avait 7 personnes sur scène. Dont 4 à la musique et 2 à la danse. (Cherchez le 7e :-) )
J’ai donc fait une histoire de 45 minutes car c’était le temps qui nous était imparti.
A la fin de l’histoire, les musiciens ont continué à jouer. Pendant une demi-heure !
Tant et si bien que j’ai redonné de la voix, ne sachant plus trop ce qu’on attendait de moi… Et j’ai fait un truc, un brin décousu, avec des phrases sans énormément d’articulation entre elles. Avec beaucoup de pauses.
Or, il semble que mes partenaires musicaux aient préféré cela à la belle histoire bien construite du départ.

Ce n’est que le lendemain que j’ai compris pourquoi.

Pour les personnes avec lesquelles j’étais, la construction n’était pas une préoccupation du tout… Car la construction sur l’instant et dans la longueur, d’un ensemble cohérent mais sans avoir de canevas/motif préalable semble, en musique, très rare. En gros, se mettre à 4 musicos pour complètement improviser un morceau de musique structuré, ça semble difficile. Alors qu’improviser une histoire qui pourrait être écrite, pour des théatreux, ça me semble bien plus fréquent.

En conséquence, le musiciens avec lesquels j’étaient, mais aussi ceux que j’ai pu voir à d’autres moments ce week-end, et quand j’y repense, ceux de sessions de jazz près de chez moi, cherchent à créer une ligne globale, sur laquelle, de temps en temps, l’un d’entre eux-lles va se détacher et faire un solo impromptu ne tenant plus trop compte des autres. Cette ligne globale pouvant être improvisée (C’était le cas lors des Rencontres.) ou bien être un motif pré-écrit (C’est souvent le cas en jazz.). Et le solo se retrouve ainsi comme une perle sur le fil mélodique personnel. Fil qui se tresse avec ceux des autres, portant leur propre solo.

Et dans ce tableau du vendredi, où le théâtreux, c’est-à-dire moi, était en minorité, je pense avoir été considéré par les autres comme un musicien… Et ils s’attendaient à ce que je me  taise plus souvent… Afin de pouvoir faire leurs solos eux aussi.

Mais  moi, j’avais un autre point de vue, celui du théâtre. Et dans mon cas particulier, la construction et donc l’histoire et sa cohérence passent avant tout. Il ne s’agit pas de faire une somme de petits moments brillants, comme des jeux de mots ou des images poétiques enfilé-e-s sur un fil mais de faire une globalité. Un seul fil d’or.

Ce qui implique que, si dans les 5 premières minutes, je commence une histoire sur un rythme tel qu’elle durera 45 minutes, je ne peux pas abandonner comme ça, l’impro pendant un temps indéterminé, le temps que chacun fasse son solo…Le temps tourne et l’histoire doit avancer…pour pouvoir terminer !!! Début, milieu, Fin…

Ce sont donc 2 conceptions qui se sont rencontrées…

-Une idée où chacun va, tour à tour ajouter un élément tout en soutenant l’apport des autres quand c’est le temps, comme une tresse avec une ou 2 perles sur chaque fil.

-Et une idée ou tout le monde tend à participer à une tresse, dont un seul est ciselé d’or sur toute sa longueur.

2 conceptions juste différentes, chacune adaptée à un contexte.

Alors il a fallut partir sur des histoires bien plus courtes, coupées en morceaux de 2 à 3 minutes, toutes les 10 minutes ou encore plus ventilée et distillée, une phrase par minute ou toutes les 2 minutes. Ce que j’ai fait le dimanche et qui a été bien plus apprécié par mes partenaires de jeux, qui ont eu le sentiment de pouvoir bien plus exister.

Mais il a fallut, par ailleurs occuper ce temps de silence.

Car l’autre difficulté de cet exercice multi-disciplinaire, c’est que, en théâtre d’impro, on est formé à faire la trame narrative, les personnages, les décors les bruitages, les mimes et l’ambiance.

Que reste-t-il alors à faire lorsque des personnes en danse se chargent du mouvement, des personnes en musique se chargent potentiellement des bruitages et musiques et qu’il y a une dizaine de personnes sur une petite scène sans qu’aucune ne doivent trop attirer l’attention sur elle ?

Peu. Des émotions, de la poésie de mot, la trame narrative (qui ne doit pas être trop élaborée, voir plus haut…). Alors, j’ai dansé, posé, regardé le public intensément.
Pris mon temps en quelque sorte.
Et finalement, l’expérience fut agréable, belle, un rien hypn0tique, ouvrante. Ouvrante, beaucoup.

Rien à voir avec tout ce que j’avais fait auparavant…

Et, une fois la bonne place trouvée, ça m’a fort donné envie de recommencer…

Posted in Des Ménagements, Refl'Action, Spectacle | Leave a Comment »