La Liasse.

L'archive des billets de l'Improvisiblog s'enrichit une fois par mois.

Archive for septembre 2011

Gagneur : L’ivresse de l’altitude, ivresse des profondeurs. Partie 2

Posted by Phloem sur 25 septembre 2011

Alors donc que faire quand on se sent tout le temps de sauver l’impro, le spectacle, voire sauver tout le monde entier de l’impro?

Considérer que l’autre, QUEL QUE SOIT SON NIVEAU, a sa place en jeu. Intégrer que sa formation, son expérience ne sont, ni meilleures, ni pires, juste différentes. Mettre en valeur ce qui est apporté. Il ne s’agit pas de tolérance mais d’acceptation. Et même d’enthousiasme.

Christophe Tournier parle d’ « Accompagner l’autre ».
Pour entraîner ça, il y a bien sûr l’exercice d’enthousiasme consistant, au cours d’une impro à 2, à recevoir avec une immense émotion positive chacune des propositions faites par l’autre.
Vous pouvez aussi relire l’article sur les règles du service, pour aller plus loin sur la différence entre l’aide et de le sauvetage et les raisons de préférer l’aide.

Il y a, par ailleurs les exercices de groupéité, qui redonnent à la personne un rôle important sans que celui-ci soit rattaché spécifiquement à elle :

-Les délégués : 2 personnes lancent tour à tour des arguments simples dans un débat qui ne l’est pas forcément. (Sujet délicat ou inepte…) A chaque fois, tout le reste du groupe se déplace, physiquement, derrière la personne qui vient de lancer un argument et vient la supporter par tous les moyens possibles.
Veiller à ce que le support ait le temps de se développer et de prendre sa place.
Veiller à ce que le groupe __supporte__ le risposteur et non pas descende l’autre en face.
Et faites passer chaque personne du groupe une fois au moins en riposteur.
On peut ensuite debriefer en faisant exprimer le sentiment de légitimité et de confiance en soi des riposteurs, créé par le groupe derrière.

-Réactions de groupe à 4 : 4 personnes sont assises ou proches physiquement. Une autre, extérieure, leur donne un lieu. Les 4 personnes doivent réagir toutes de manière identique à tout élément qui viendrait modifier le cours de l’histoire (paroles autorisées). Les autres peuvent venir sur scène ou faire des services. C’est aussi un gros exercice d’écoute. Qui permet de se décentrer de sa propre performance.

-Les photos-souvenir, où chacun fait un élément fixe d’un panorama.

-Conversation un mot à la fois : C’est un dialogue entre 2 personnages. Mais chaque personnage est joué par un groupe de quelques personnes. Les phrases des personnages sont construites par les personnes du groupe qui, sans concertation,  ajoutent, tour à tour (ordre défini) un mot à la phrase. Celle qui considère que la phrase est finie mettra sur son mot l’intonation qu’elle considère bonne ( ?- !-.-…). Avant de tenter la conversation, il est possible de commencer par le monologue….

Certains joueurs ne passent jamais par ce stade et c’est tant mieux ! Mais pas mal d’autres y restent un long moment, ce qui n’empêche pas de passer professionnel. Au contraire même… Je pense que ce défaut aurait tendance à pousser à la professionnalisation. Car mal auto-perçu, il peut être considéré comme un signe de professionnalisme…

Bon, et là, c’est pas de pot, si vous êtes effectivement dans un fonctionnement de gagneur, il y a fort à parier que vous considériez que ce message ne vous concerne pas actuellement, ni à aucun moment du passé… Mais après, c’est à vous de gérez la manière de recevoir tout ça :-) Je peux me tromper.

A titre perso, j’ai pas mal évolué sur ce comportement. Mais c’est vrai que dans des moments de fatigue, ça peut  me reprendre… C’est pas encore totalement automatisé…Comme je le dit de temps en temps à mes clients : « J’ai pas dit que c’était facile, j’ai dit que c’était important ! »

Biblio-sitographie:
Mon ami Wiki sur l’analyse transactionnelle
Un blog d’analyse transactionnelle
Tournier, Manuel d’improvisation théatrâle, Editions de l’eau vive, 2003
Cours de C.Baumann et M.Mätzler, de LesArts

Publicités

Posted in Exercices, Impro et AT, Refl'Action | Leave a Comment »

Posted by Phloem sur 15 septembre 2011

J’ai récemment fait l’expérience du point auquel je pouvais être désagréable en impro il y a à peine plus d’un an… C’est quand même beaucoup plus facile de réfléchir à un truc a posteriori…Surtout quand c’est un truc pas top…

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir bon en impro ?

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir très bon ?

Particulièrement bon ?

Tellement bon que, peu importent les thèmes, les catégories, vous savez que vous vous en tirerez ?

Et même si bon que vous avez la capacité de « prendre en charge » l’impro… Faire avancer dans la trame de l’histoire, faire les personnages, voire même devancer les services, émailler le tout de bons mots, faire la fin…

Si ce n’est pas le cas, ce post vous permettra seulement de comprendre pourquoi vous pouvez ressentir de la violence à jouer avec des gens qui, pourtant, ne font « que » bien jouer. Quoique « bien » ne soit pas, du coup, le mot le plus adapté…Disons alors « Jouer de manière techniquement avancée.»

Si par contre vous turbinez à fond pour sauvez l’impro et avez tendance à trépigner lorsque votre coach vous oblige à ne pas rentrer sur une impro qui, évidemment, rame. Alors, bingo, vous êtes gagneur.

Ce qui n’est pas brillant.

Enfin si…Vous avez du niveau. C’est bien. C’est beaucoup mieux que bon nombre d’improvisateurs-trices de votre (ou des autres) équipe(s). Mais le problème, c’est que vous le savez…

En analyse transactionnelle, on parle parfois des [[ http://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_transactionnelle#Les_positions_de_vie|positions de vie]], il s’agit de croisement entre la perception de la valeur relative que l’on s’accorde et que l’on accorde à(ux) l’autre(s). Il y a quatre positions possibles :

1- Nous sommes tous les deux valables (OK+/OK+) : Posture de gagnant

2- Je suis valable, tu ne l’est pas (OK+/OK-). Posture de gagneur.

3- Je ne suis pas valable et toi tu l’es (OK-/OK+). Posture d’infériorité

4- Nous ne sommes valables ni l’un ni l’autre (OK-/OK-). Posture de renoncement…un brin suicidaire…

 

Je vais surtout m’intéresser à la 1 et à la 2. Car l’idée n’est pas de parler des gens qui en sont à leur première année d’impro (qui adorent la 3…) mais de vous, qui, honnêtement, ne vous classez plus dans les débutants.

Ainsi, le besoin d’omniprésence, le sentiment d’être un élément clef du groupe en scène, le sentiment de ne pas jouer avec des personnes de votre niveau, dénote que vous fonctionnez un brin en gagneur. Les regards de travers des autres joueurs en sont aussi un bon indicateur…

En quoi est-ce une réserve de puissance pour votre jeu que de passer de gagneur à gagnant ? Et pourquoi ces regards de travers ???

Et bien ça tient dans les 2 phrases courtes qu’on utilise pour expliquer ces 2 positions de vie :

-Gagnant :  «Allons-y ensemble.»

-Gagneur : «Vas-t-en.»

Bien sûr ce n’est pas toujours énoncé de cette manière. Ce qui peut être très violent néanmoins. Quelques exemples récents de synonyme de « Vas-t-en »/ « Allez-vous-en » :

Un joueur a qui on donne le tour pour rentrer sur une mixte, participe et accepte tout le caucus et finalement, sans prévenir quiconque, commence une impro avec un caucus qui n’a rien à voir. Une joueuse qui fait tous les personnages secondaires de l’impro alors que les autres tentent aussi d’en faire. Un joueur sur le banc qui se plaint au coach en s’énervant contre une action en train d’être posée ou un joueur en jeu.

Trop avancés pour  dire des « Non » ou des « Oui mais » mais qui, sans les dire, les traduisent en action, émotions, inerties ou rétropédalages.(Quoique…Une joueuse qui en « tacle » un autre en lui répondant qu’elle ne le connais pas, juste après une belle déclaration d’amour…C’est un refus déguisé derrière un cheveu… Il y a plein de manière de faire des « Action-Oui mais »)

Ça peut vite devenir insupportable. D’autant qu’en match, ce sont ceux-là qui vont attirer les faveurs du public. Ça peut agacer…

Et ensuite ces bons techniciens  -J’insiste là-dessus, ce sont des personnes avec des vraies compétences et qualité d’impro. C’est d’autant plus difficile de s’adresser à eux/elles – ces bons techniciens ne comprennent pas pourquoi, on les snobe, on les trouve désagréables, les blackliste… Mais ce n’est, en fait, qu’un retour de violence.

Alors que faire ?
Potions, onguents, pilules et autres suggestions de remèdes dans le prochain article.

Posted in Impro et AT, Refl'Action | Leave a Comment »

Exercices de prénoms.

Posted by Phloem sur 4 septembre 2011

En ce début d’année, temps d’arrivée de nouveaux-velles adhérent-e-s dans les ateliers, il me parait opportun de rassembler ici quelques exercices ayant les prénoms comme support…

-Le clap prénom.

Les participant-e-s sont en cercle. Il-le-s utilisent leur voix, leur regard et leurs mains. On se « passe » une balle virtuelle. Chacun-e la reçoit puis la transmet. Lorsqu’on la reçoit, on dit une chose, lorsqu’on l’envoie, on dit une autre chose…

Version 1: A réception, on dit le prénom de la personne qui nous l’a envoyée. A l’envoi, on dit son propre prénom.
Version 2: A réception, son propre prénom. A envoi, le prénom de la personne à qui on envoie.
Version 3: A réception, le prénom de la personne qui nous l’a envoyé. A l’envoi, le prénom de la personne, non pas à qui on envoie, mais à laquelle on veut que elle envoie…

La vitesse n’a pas grande importance. Cet exercice étant un des premiers de l’année, éviter de sous-estimer la mémoire de travail que cela suppose. Car il demande aussi de porter son attention sur le fait qu’on articule, qu’on porte suffisamment la voix et qu’on vérifie que l’autre est disponible.  Surtout lors de l’…
Evolution possible à chaque version : Lancer, non plus, un seul fil de clap mais 2, puis 3, 4…

-Le don de prénom.

Toujours en cercle, mais maintenant les participant-e-s sont amené-es à se déplacer. Il-le-s ne sont plus dans le confort d’une place au sein du groupe mais s’en extraient… On se passe toujours la parole mais pour ce faire, on va au centre du cercle. On y reste au moins une à 2 vraies secondes (Evolution possible : On regarde tout le monde à tour de rôle dans les yeux…) puis on s’oriente vers une personne du groupe et on dit, distinctement :

Version 1: son propre prénom.
Version 2: le prénom de la personne vers qui on s’est dirigé-e.
Version 3: le prénom de la personne vers laquelle, on veut qu’elle se dirige.

Evolution possible à chaque version : Lancer, non plus, un seul fil de don de prénom mais 2, puis 3, 4… Attention alors tout particulièrement à la disponibilité de l’autre dans la version 3 car il peut parfaitement il y avoir 2,3 ou 4 personnes qui vont vers la même personne en même temps. Voyez comment les participant-e-s résolvent ce problème. Vont-il-les se décharger et tous-tes donner à leur cible un nouveau prénom, à la cible ensuite de gérer la mémorisation et l’ordre des tâches? Ou vont-il-les faire la queue et attendre chacun-e que leur cible ait terminé sa tache précédente pour lui en donner une autre? Ou vont-il-les laisser le choix du fonctionnement à la cible…? Ou…? Avec l’exploitation éventuelle que vous voulez derrière, suivant votre orientation dans l’impro (Etes-vous plutôt performance ou coopération?)

-Les bonjours émotionnels.

Une bonne manière de commencer une séance sur les émotions et les états internes. Les participant-e-s marchent dans l’espace. Lorsqu’il-le-s se croisent il-le-s se disent « Bonjour + le prénom de la personne d’en face ». Vous proposez régulièrement de changer la manière de dire ce bonjour.
Colérique, avec une sincère bienveillance et peut-être une pause dans la marche, Amoureux, Bonjour d’un dimanche matin, neutre, pressé, haineux, hypocrite, tendre, moqueur, administratif, etc….
Tâchez d’équilibrer les « positifs » et les »négatifs »

-Le loup-prénom

Un exercice qui donne vite chaud… Les participant-e-s courent et doivent échapper à l’un-e d’entre eu-lle-s, le loup.

Version 1: Jeu sans perdant. Quand il touche un mouton, celui-ci devient le loup et le loup redevient un mouton. Pour que la touche soit valable, il faut que le loup donne le prénom du mouton qu’il touche au moment où il le touche.

Version 2: Jeu un peu plus coopératif mais avec perdant. Le loup reste le même tout le long du jeu. Quand il touche un mouton, celui-ci se glace sur place et se tient les jambes écartées. Il est libéré si une personne passe sous ses jambes en disant le prénom du mouton. Le mouton glacé peut attirer l’attention des non-glacés en disant son prénom. Le loup l’emporte si tous les moutons sont glacés.

Version 3: Version de l’épervier, compétitif pour les oisillons, coopératif pour les éperviers. Le groupe de participant-e-s désigne cell-ui qui sera le premier maillon de l’épervier. L’épervier se place au milieu de l’espace (d’une longueur suffisante pour permettre de courir d’un côté à l’autre et d’une largeur suffisante pour pouvoir contourner l’épervier…ça fait grand…) Le groupe se place à un bout du terrain. Dès que le signal est donné, tous-tes les participant-e-s doivent traverser le terrain. Une fois qu’il-les sont élancé-e-s, l’épervier tente d’en attraper. Les personnes prises par l’épervier lors de leur traversée lui donnent la main, formant une chaîne. Cette chaîne est le nouvel épervier. Au début de chaque tour, le maillon le plus ancien énonce le nom de 2 personnes qui seront les cibles privilégiées de l’épervier. Il n’a rien le droit de dire de plus. L’épervier est, en dehors de ça silencieux. S’il rate les 2 cibles ou s’il se sépare en 2, l’épervier perd son maillon le plus ancien, celui-ci (re)devient une proie.
Une autre traversée est alors lancée et ainsi de suite jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une personne libre. Elle a gagné. (Et on lui remet une médaille en amidon de patate! Bravo!)

-Faire corps.

Les participant-e-s marchent dans l’espace. Le coach donne un ou plusieurs prénoms. Les participant-e-s doivent se regrouper en autant de groupes autour des personnes nommées.

Variante: Proposer un nombre de personnes pour chaque prénom. « Tazio 5! Elizabeth 3! » donnera un groupe de 5 autour de Tadzio et un groupe de 3 autour de Elizabeth. Un brin plus compliqué « Marcel 2! Gudrûn 3! Cindy! » signifiera que toute les personnes en excès devront aller vers Cindy…

-Le Tour de prénom.

Basique et pas forcément des plus efficace mais permettant de travailler la mémoire « sêche » (sans émotion, sans amusement… Version vieille école quoi…). A tour de rôle, chacun dit, dans l’ordre, le prénom de toutes les personnes qui l’on succédé dans le jeu puis termine par le sien. Ce qui donnera
« Mouloud »
« Mouloud-Griselidis »
« Mouloud- Griselidis-Keiko »
etc…
Les premier-e-s ont donc moins de boulot que les dernier-e-s…

Bien sûr, il n’aurait pas beaucoup de sens d’enchaîner ces exercices au cours d’un même atelier. Mais  en avoir un petit panel permet de varier les présentations au cours des 3-4 premières rencontres. Et d’éviter la lassitude que peuvent avoir les gens face à un exercice qui serait trouvé rébarbatif (Genre le Tour de prénom…)

Et puis la présentation de chacun, c’est souvent aussi la toute première impression de votre année de cours. Alors quelle première impression aller vous essayez de donner..?

Je vous ai donné tous les exercices de prénoms auxquels j’ai pensé alors si vous en connaissez d’autres, soyez sympas, partagez! Les commentaires sont faits pour ça

Posted in Atelier, Exercices | 2 Comments »