La Liasse.

L'archive des billets de l'Improvisiblog s'enrichit une fois par mois.

Coopération et compétition.

Posted by Phloem sur 8 novembre 2009

La popularité de l’impro au cours des 30 dernières années s’est construite grâce à des formes de spectacles telles que TheatreSport, ComedySportz, Match d’impro. Or ces formats ont quelque chose qui présente, à mon sens, une grosse difficulté : Ils sont extérieurement compétitifs.

Selon François Paul-Cavallier, dans un jeu compétitif :

  • Les règles sont immuables, elles doivent être respectées scrupuleusement.
  • L’adversaire est un autre joueur.
  • Les joueurs s’opposent.
  • Le perdant est vaincu. Et les joueurs éliminés s’ennuient.
  • Il y a absence de communication entre adversaires et donc, méfiance.
  • Les maîtres mots sont rivalité et concurrence.

Voilà bien des caractéristiques de ce que l’on vend quand on prononce le mot  » Match  » et dans une autre mesure  » Sport « . C’est ce que s’attend à voir le public et ce que les comédiens doivent s’efforcer de jouer. Mais c’est bien un jeu théatral. C’est un décorum, du carton pâte. C’est du spectacle et ça n’a rien à voir avec ce qui en constitue la fibre de cœur.

Car l’impro en elle-même répond aux critères d’un jeu  coopératif :

  • Une fois le cadre donné, les moyens de gagner doivent être inventés, dans la créativité individuelle et de groupe.
  •  » L’adversaire  » est un élément extérieur au groupe (Objectif : Faire une bonne impro. On se démène pour la Qualité.)
  • Le but est commun et le résultat ( » gain  » ou  » perte « ) est partagé.
  • Le jeu prend fin pour tout le monde en même temps.
  • Il y a une communication intense entre joueurs-euses et une confiance partagée.
  • Les maîtres mots sont entraide et association. 1+1 =3

Là où il y a un problème c’est quand le décorum vient contaminer l’impro. C’est souvent le cas chez les joueurs-euses débutant-es (mais pas seulement…). On s’en rend compte lorsqu’il-les utilisent des expressions comme  » On va jouer contre… » ou qu’il-les sont réellement déçu-es  hors scène  » d’avoir perdu  » ou le contraire.
Une impro en mode compétitif, ça donne du racolage, des rudesses, des cabotinages, des marquages à la culotte, du  » Non  » ou du  » Oui mais « , et j’en passe. Bref, beurk, beurk, beurk… ça se sent tout particulièrement en Match d’impro, car s’il est bien un endroit où l’opposition et méfiance  peuvent faire des ravages, c’est bien en mixte…
D’où l’indispensable travail de l’échauffement avant un match quand ce concept de coopération n’est pas intégré par tous-tes les participant-es. Car, pour avoir été dans les 2 cas plus d’un fois, une équipe en mode coopératif rencontrant une équipe en mode compétitif, ça donne souvent le même résultat. La coopérative se fait bouffer par l’autre et tire amertume et rancune du sentiment d’avoir été utilisée-jetée…
Je trouve que cette différence d’approche est relativement difficile à gérer.
L’échauffement permet au minimum de comprendre sur quelle longueur d’onde se mettre pour éviter les pots cassés et, idéalement, de construire une confiance et une bienveillance qui exclura l’envie de tirer la couverture à soi. Et dans le doute, j’ai toujours considéré qu’il y en avait besoin. Mais il se trouve que les équipes qui vont rentrer en compétition sont aussi celles qui – est-ce étonnant ? –  sont les moins enclines à faire un échauffement correct…

Biblio et pistes de réflexion:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :