La Liasse.

L'archive des billets de l'Improvisiblog s'enrichit une fois par mois.

Archive for avril 2009

3e soir du tournoi d’hiver du PIP

Posted by Phloem sur 16 avril 2009

bv000022Et oui, encore un debrief de spectacle. Bah, oui, il y a quelques temps j’allais en voir un par semaine donc, de temps en temps, j’en parle…Le spectacle dont il est question ici est la soirée finale du tournoi d’impro organisée en février par le Pool d’Impro du Poly de Lausanne. (Oui, la Ben&Ben Inc. ayant des intérêts même en dehors de la zone Euro, il m’arrive quelques fois par mois de me retrouver en Confédération Hélvétique.)

Ce spectacle portait bien le nom de match bien qu’il eut fait s’étouffer les apparatchik des fédérations officielles…

>2 équipes, un musico, un MC, des impros, le vote du public, un décompte de point. Voilà les points communs qu’on pouvait voir avec le match. (D’ailleurs, tiens question : A partir de quel moment peut-on dire d’un spectacle qu’il rentre dans ce que contient aujourd’hui la dénomination « match » ??? )

> Pas d’hymnes, pas d’échauffement public, pas de durée prédéterminée des impro, un arbitre remplacé par un Metteur en scène (Le MS ? OK, en Suisse, ça sonne mal…mais bon…) et un forte volonté (du MS ?) d’axer le spectacle vers un retour au théâtre et au jeu de comédien-nes.

La disparition de l’hymne et de l’échauffement me semble devenir une constante des dérivés de match. Et c’est la volonté du retour à l’art de base qui m’a paru le parti pris le point le plus original ici. Original et intéressant. Car ce n’est pas si souvent en spectacle amateur qu’un effort est fait pour ramener de la culture dramatique dans le match ou encore qu’il est donné l’occasion aux improvisateurs-trices de relever des défis qui permettent de montrer qu’ils peuvent aussi être des comédien-ne-s doué-e-s et cultivé-e-s.

Pour ce faire, le MS a utilisé des catégories qui n’étaient pas particulièrement nouvelles mais, par contre, des supports connus.

Explication :

-La catégorie « Bibliothèque » (où une personne improvise son texte face à une autre qui lit les répliques d’un personnage dans un dialogue pré-écrit) avait pour support une scène de L’Avare de Molière. Et la personne qui se devait de lire les répliques pré-écrites, les avait avec une impro d’avance et devait, en connaissance du texte imaginer un décor et un début de mise en scène. Le tout expliqué au partenaire, qui devait accepter, au début de l’impro Bibliothèque.

-Dans la catégorie « personnage imposés », les impositions avaient comme support des personnages, non pas des descriptions en 2 mots donnée à la volée mais des textes (dont, honte, honte, j’ai oublié l’auteur…) d’une dizaine de lignes donnant un fragment de l’histoire du perso à jouer.

-Le doublage de film avait pour support la scène d’ouverture de Réservoir Dog de Tarantino, vidéoprojetée.

-Les sitcom joués étaient des épisodes de séries existantes (Dr.House, Nip/Tuck, Heroes…)

-Etc…

Inscrire des catégories dans un cadre fameux m’a paru un défi intéressant car, pour le coup, de nombreuses personnes du public connaissaient ce cadre aussi… Et avaient alors la possibilité de juger des capacités des comédien-nes à vraiment endosser un rôle. Cela a aussi permis de montrer cette connection impro-théatre qui a tendance à s’effilocher en match expérimental (Au profit de la mise en avant d’une maîtrise des capacités d’impro.)

Alors, cela s’est fait au détriment des rôles techniques d’auteur-e et metteur-e en scènes que doit aussi avoir l’improvisateur-trice. C’était un peu couru d’avance ça. Et cela a été renforcé par le fait que, n’ayant ni temps indicatif initial, ni consignes à ce sujet, il-les ne pouvaient pas vraiment concevoir un déroulement Début-Milieu-Fin. Et, en réaction, c’est le MS qui assumait tout cela par des interventions fréquentes et des claps finaux quand bon lui semblait.

On a assisté à un spectacle où les gens se donnaient du mal pour incarner au plus juste, avec de belles performances en ce domaine, mais qui, du coup, sans sentiment d’urgence, se reposaient sur un metteur en scène extérieur pour faire avancer l’histoire, avec les retard de jeu que ça suppose.


Je n’ai pas vraiment d’idée ou de suggestion à faire pour améliorer cela… Le système entier se tient : Plus d’énergie dans le jeu de comédien donc moins pour la mise en scène donc une aide extérieur donc un sentiment de pouvoir se reposer dessus et donc l’esprit plus libre pour le jeu… Alors la solution tient-elle peut-être à l’entraînement à ce format plus qu’à autre chose…


Publicités

Posted in Le match, Refl'Action, Spectacle | Leave a Comment »

Le passage d’énergie. ( Ia !)

Posted by Phloem sur 2 avril 2009

cercle-denergie

Ah ! « Le  Ia ! »…Mon jeu préféré ! Je pourrais en faire des heures durant ! Je ne m’en lasse pas ! Alors, c’est totalement subjectivement que je considère qu’il vaut bien un article à lui tout seul!

Hélas, triple, hélas, au regard de ce qu’il dégage lorsqu’on le pratique, de la vivacité et spontanéité qu’il entraîne, il est assez pathétique à décrire…Si l’Esprit du Passage d’Energie passe sur ce blog, je lui fais d’ors est déjà toutes mes excuses pour ce crime de lèse majesté que pourra être une description figée, statique, antinomique de son dynamisme..! Oui, je pêche mais pardonnez moi c’est dans l’espoir de répandre l’énergie du Ia ! Aller, j’expie et j’explique.

Le principe de base est simple. Le groupe est en cercle. Avec un bras, vous faites passer l’énergie à votre voisin-e situé-e à l’opposé de ce bras (ce qui vous fait légèrement pivoter.). Et ce-tte voisin-e fait immédiatement ensuite, de même. Et ainsi de suite. Le plus vite possible. C’est un peu comme des dominos qui tombent en chaîne…

Et à chaque fois que vous l’énergie passe par quelqu’un, cell-ui-ci dit d’une voix claire et nette : «  Ia ! »

C’est donc la base.

Mais s’il n’y a que ça, le passage d’énergie se fait ad vitam dans le même sens et ça tourne en rond. Très vite d’accord, mais en rond, quand même.

Alors, il y a les Rebonds. Et c’est là que ça devient intéressant…

Le Rebonds, ce sont des interruptions, décidées par qui a l’énergie et qui ont un impact sur la suite immédiate du jeu. On peut en inventer plein. Chaque équipe a les siens et les rencontres d’impro sont l’occasion de les échanger et d’enrichir son répertoire. J’ai fait un petit classement, discutable mais rendant plus digeste, de ceux que je pratique le plus régulièrement…

Les rebonds qui modifient le trajet de l’énergie.

-« Holden ! » + Geste de tirer 2 manettes qui se trouveraient de chaque côté de la tête : Fait repartir l’énergie dans le sens inverse.

-« A-I ! » + Geste des mains mimant des lunettes autour des yeux : L’énergie saute la personne suivante sur son trajet pour arriver à sa voisine.

-« Meuh ! » + Geste des mains mimant des  cornes de chaque côté de la tête : L’énergie saute les 2 personnes suivantes sur son trajet (C’est un A-I un peu plus puissant…)

Zap ! » + Geste de télécommande en direction d’une personne : L’énergie passe à la personne pointée par la télécommande fictive.

-« Je vend ! » + Geste de pointer un objet vers le ciel : L’énergie passe au premier qui crie « J’achète ! » (Les ex-aequo sont départagent rapidement…Le-la premier-e qui refait passer l’énergie est celui qui l’a emporté !)

Les rebonds impliquant une mobilisation du groupe:

La montée d’énergie :  « Ooooooooo ! Oy !Oy !Oy ! » Le « O » du début est accompagné par un tremblement de la main de l’ensemble des participant-e-s, le « O » se prolonge lorsque ceu-lle-s ci se déplacent vers le centre du cercle en y tendant le bras et s’achèvent lorsque tout le monde est au diapason (Le O monte dans les aiguës au fur et à mesure.). On embraye alors sur la série de Oy ! Oy ! Oy ! en revenant d’un coup en arrière à sa place et en « tirant successivement  les manettes » (un peu comme dans le Holden) 3 fois. La personne qui avait lancé la montée d’énergie relance alors l’énergie dans le sens qu’elle veut.

(Quand je parlais de pathétique à décrire, je pensais tout particulièrement à celui-là… Qu’est-ce que c’est que cette description au regard du coup de punch que donne ce truc quand on s’y investit un peu !?)

Les proverbes : Une personne lance le début d’un faux proverbe, l’énergie passe à qui le termine. Avec le temps, les équipes ont tendance à avoir leur « proverbe » de prédilection. Ce qui donne généralement un bel effet choral de gens débitant tous-tes une fin de proverbe. Dans ce cas, c’est cell-ui qui a lancé le proverbe qui relance l’énergie. Techniquement pas forcément intéressant mais ça fédère autour d’un maxime philosophique au fort potentiel de réflexion…Ex : « Neige en Août … ? » « Paté en croûte ! »

-« Freak out ! » + Bras s’agitant, levés au ciel : Tout le monde se dirige en même temps vers le centre du cercle puis prend ensuite une nouvelle place. Ajoutons que chacun-e crie d’un « Aaaaah !» aiguë tant qu’il-le n’est pas à sa nouvelle place et vous obtenez un joyeux bazar. Cell-ui qui a lancé le freak relance l’énergie dans le sens où il-le veut. Ce Rebond permet de remélanger tout le monde pour éviter qu’on soit trop habitué vis-à-vis des « A-I » ou des « Meuh »

Les rebonds modifiant « durablement » le groupe et la manière dont  l’énergie se transmet :

-« Ascenseur ! » + Geste du doigt appuyant sur le bouton d’appel de l’ascenseur : Tout le monde s’accroupi lentement pour continuer à jouer. On ne reprend une position redressée que si une autre personne ré-invoque l’ascenseur qui repart alors forcément vers le haut.

-« Boule de Bowling ! » + Geste de lancée d’une boule de bowling sur le sol, dans le sens de l’énergie : L’énergie est maintenant une boule qui roule au sol, en suivant le cercle, et que chacun-e doit éviter en sautant sur place. L’énergie reprend sa forme originelle si quelqu’un fait le geste de réceptionner la boule et relance un « I-A !»

– « Bravo ! » + Geste d’applaudissement : L’énergie est maintenant « un clap » qu’on réceptionne d’un côté  en tapant dans ses mains et qu’on transmet après d’être tourné vers on voisin,  toujours en tapant dans ses mains et toujours très rapidement. L’énergie reprend sa forme originelle si quelqu’un fait un petit salut en disant « Merci ! Merci ! »  et de relance un « I-A !»

Ce jeu, sous ses dehors insensés est, pour moi, un exercice qui permet de travailler énormément de choses. Pêle-mêle : non anticipation, écoute, présence d’esprit, spontanéité, rapidité, esprit d’équipe, énergie, rîmes… En fonction des Rebond qu’on utilise, ou cré au besoin une fois qu’on maîtrise le système de jeu de base, ( et qu’on introduira toujours tous très progressivement sous peine de décourager les participant-es !!!), on peut développer certains aspects plutôt que d’autres. Ce n’est pas une panacée mais c’est un jeu aux possibilités qui me semblent très extensibles…

J’ai aussi une fascination devant les variations de ce jeu en fonction des équipes. ça peut être symptomatique d’autre choses mais parfois, des équipes qui ont peu d’échanges ont des gestes et des interjections de rebond très proches alors que des équipe voisines géographiquement vont être à des antipodes. Et chacune est souvent persuadée que son système est le plus pratique,  » le vrai « ,  » celui de base  » !!! La rencontre est alors l’occasion de transformer le système des 2 équipes. Aucun ne s’est complètement conformé à l’autre mais chacun à l’occasion de repartir différent.

Je pourrais jouer à cet exercice pendant des heures…

Posted in Atelier, Exercices | 1 Comment »