La Liasse.

L'archive des billets de l'Improvisiblog s'enrichit une fois par mois.

Archive for mars 2009

 » Qu’est-ce que contient un échauffement ..? « 

Posted by Phloem sur 25 mars 2009

On m’a posé cette question lors d’un travail sur le coaching en match. En effet, je considère qu’en match, une des fonctions des coaches est de faire s’échauffer leurs équipes…

L’échauffement peut avoir plusieurs fonctions selon l’angle sous lequel on le regarde :
Du point de vue du-de la comédien-nes, il s’agit de…s’échauffer (!) C’est à dire se préparer à donner le meilleur de soi sur scène.
Il s’agit donc d’allumer le gaz sous la casserole tout en évitant de faire évaporer toute l’eau à l’intérieur…Monter en puissance sans se fatiguer.
Pour ce faire, on peut choisir des exercices en se laissant guider par quelques indispensables de l’impro.
#La Concentration : Libérer l’esprit des info du reste de la journée.
#L’ Ecoute : S’ouvrir aux info apportées par les autres.
#L’Inspiration-La Spontanéité : S’ouvrir aux info apportées par soi-même.
#L’Energie : Se donner la pêche nécessaire pour construire avec les info.

>J’ai tendance à proposer des exercices d’échauffement plus ou moins dans cet ordre. (Avec des fois, une inversion entre Ecoute et Spontanéité.) car, ça me parait logique.
>Pour les exo de montée en énergie : Idéalement les faire au plus près possible du spectacle, moins de 10-15′ avant le début, pour pas que l’énergie retombe.

Du point de vue du spectacle et du jeu : L’échauffement, c’est une petite première manche, d’ors et déjà le début de la rencontre entre des personnes qui ne se connaissent pas forcément. Il s’agit de prendre le temps de créer la connivence entre les équipe (voire la confiance si possible.), sinon ce temps sera pris sur le début du spectacle (avec un rendu plus ou moins intéressant pour le public…)

Donc idéalement tout l’échauffement se fait avec l’ensemble des comédiens et comédiennes du spectacle et les exercice sont axés sur la confiance et l’esprit de jeu.

Quelques exo pour l’échauffement  dans les post à venir?bv000020

Publicités

Posted in Uncategorized | 2 Comments »

Exercices d’impro pour s’entraîner à accepter les propositions non verbales (ou presque.)

Posted by Phloem sur 16 mars 2009

Comme promis, voici quelques exercices permettant de s’entraîner à l’acceptation de propositions non-verbales… Faire du « Oui et… » mais sans le dire quoi…

-Le miroir.
2 personnes A et B se font face. A commence à bouger lentement. B doit reproduire les mouvements à l’identique en miroir. Puis après quelques minutes, B fait également des propositions que A doit suivre tout en continuant d’en faire. A fait ensuite de moins en moins de propositions jusqu’à ce que B guide entièrement. Idéalement, en observant extérieurement, on doit être incapable de déterminer à quel moment de l’exercice on est.
Cet exercice permet également de travailler la vision périphérique (très utile pour élargir son champs d’ « écoute visuelle. » )

-Les batons. : Voir l’article correspondant…

-Hypnotisme colombien.
Celui-ci est un peu une synthèse des 2 précédents…A fait bouger B au doigt et à l’œil ! Littéralement ! B suit du regard et du corps le doigt que A déplace comme bon lui semble.

-Le sculpteur.
Une personne est le-la sculpteur-trice, l’autre est la glaise à modeler. La glaise doit se laisser déplacer par le-la sculpteur-trice jusqu’à ce que cel-lui -ci soit satisfait-e de sa pièce.
Variante : Introduire un modèle qui fait une proposition de position que le sculpteur doit copier dans la glaise.
Cet exercice permet de travailler aussi la proximité physique entre les comédien-nes.

-L’aveugle.
Dans la salle, A guide totalement silencieusement B qui a les yeux fermés, en prenant soin de lui faire éviter les autres binômes et les éventuels obstacles. Pour cela, ils établissent un code au préalable (A tient-il B par les hanches ? Par une épaule ? Les 2 épaules ? Quel est le signe pour dire  » stop  » ?) Pour le rassurer B peut maintenir les mains levées en protection. (Perso, je ne le propose jamais mais l’autorise si on me le demande.) Après une minute de guidance, A fait accélérer B. Puis au bout de 2 minutes les rôles sont inversés.
Cet exercice permet de travailler aussi la confiance entre les comédien-nes. Pour aller plus dans ce sens, refaire, de temps en temps, cet exercice en variant les binômes.

-Les machines.
Le-la meneur-neuse d’atelier propose une machine que le groupe doit figurer peu à peu. Chacun-e doit alors, à tour de rôle, proposer un geste et un son répétitif se greffant sur ce qui a déjà été proposé.  Une fois que tout le monde est en jeu, avec les rythmes correctement calés les uns sur les autres, on peut faire accélérer ou décélérer la machine jusqu’à l’explosion (augmentation de l’énergie du groupe.) ou l’arrêt. (Concentration).
Ex : La machine à lancer les poules. (Machine à faire quelquechose.) L’horloge. (Machine réelle.) La machine à coudre et recoudre. (Machine semi-réelle.) Le Biglotron. (Machine dont le but est déterminé par les comédien-nes.) Le corps humain. (Machine-Métaphore.), …

L’appartement.
Handle où les comédien-nes du groupe figurent tour à tour un passage dans un appartement. Chacun-e doit apporter ou révéler un élément dans cet appartement par son jeu (Ex : A : Ouvrir la porte d’un placard, B : Apporter les courses , C : Ouvrir un tiroir…) et jouer avec tous les éléments précédemment apportés par les autres ( Suite de l’Ex : A : Rien de plus !  B : Ranger les courses et fermer le placard. C : Ouvrir le placard, prendre une boîte de conserve dans les courses, Ouvrir un tiroir  pour prendre un ouvre- boîte et sortir avec la boîte et l’ouvre boîte. D : Se prendre les pieds dans le tapis, se cogner dans le tiroir ouvert et répandre les courses sur sa tête en se raccrochant au placard. Etc….) Il n’est pas forcément besoin d’agir très originalement avec ce qui a été posé avant. L’objectif est de s’en servir un peu au moins et avec cohérence si possible. Attention cet exercice est a réserver aux groupes limités je pense (12, c’est déjà beaucoup !)

Doublage.
Handle où 2 comédien-nes improvisent silencieusement mais en bougeant les lèvres alors que 2 autres, sur les bas-côtés improvisent les voix et paroles.

Et à coup sur, il y en a d’autres ! N’hésitez pas à en faire part !

Biblio et bases théoriques:
Tournier, Manuel d’improvisation théatrâle, Editions de l’eau vive, 2003
Atkins, Improv ! A handbook for actors, Heinemann, 1994
Lesieur & Schnoering.  » Vers une écoute consciente au quotidien.  » in Approche Centrée sur la Personne, 2008.

Posted in Uncategorized | Leave a Comment »

Autodebrief de l’Improlympix

Posted by Phloem sur 1 mars 2009

Le 31 janvier dernier, j’ai participé àImprolympix, un spectacle dérivé du Match d’Improvisation, créé par les 6boulettes d’Annecy. La rencontre, n’y est plus placée sous le signe du match mais de l’olympisme et du sport en général.
J’y suis allé avec, je l’avoue, 2 a priori. Oui, je sais, c’est mal. Mais quand je dis 2, c’est 2 pas plus. Ça reste mal, mais moins.
Je pensais que ce spectacle allait être alourdi par les ajouts de décorum et particulièrement cette innovation que sont les jokers des coachs.

Les coach ont 3 jokers utilisables une fois seulement : Le  remplacement, le temps mort et le contrôle anti-dopage.
Le remplacement fait, entre 2 impro, entrer un-e joueur-euse à la place d’un-e des 3 autres. (Ce qui en fait un genre de match en 3-3 avec un-e remplaçant-e.)
Lors du temps-mort, l’impro se fixe et les joueurs-euses du coach qui a demandé le temps mort, et seulement ceu-lles-ci, retournent caucusser pendant 40 secondes en plein milieu de l’impro. A terme, il-les reprennent leurs places parmi les autres qui sont resté figés puis continuent.
Fixation de l’impro aussi lors du contrôle anti-dopage, lancé en cours d’impro à l’encontre d’un-e joueur-euse supposément en trop grande forme. Ce qui permet (par un test aléatoire.) de le-la faire désigner comme dopé-e (et dans ce cas de le faire remplacer dans le personnage par un-e autre de l’équipe jusqu’à la fin de l’impro.) ou non.

J’avais une certaine appréhension vis-à-vis de ce dernier joker. En effet,  virer un-e joueur-euse parce qu’il-le fait bien avancer l’impro, ça me paraissait un rien anti-spectacle…

Et finalement, que nenni de l’alourdissement ou de l’anti-jeu! Au contraire !

En faisant fie des hymnes et de l’échauffement  » réglementaire et obligatoire « , ce concept allège grandement le début du spectacle ! En d’autres mots, on passe bien plus vite à l’impro et c’est appréciable.
Quant aux jokers, ils ont, en fait, été bienvenus et utilisés à bon escient. Permettant de relancer des impro qui s’enlisaient et de renforcer le rôle du coach aux yeux du public (Parce qu’il faut bien dire qu’en match, le coach passe plus pour le morceau de décorum rapporté pour faire  » vrai match  » que l’élément régulateur qu’il est pourtant…)

Et dans ce cadre, le joker qui m’a paru le plus à améliorer, ce fut le replacement… J’ai refusé de me faire remplacer car, n’ayant pas été en jeu depuis plusieurs mois, j’éprouvais le besoin de rester sur scène. Mais j’ai bien senti que parmi les 2 autres, aucun-e n’était vraiment prêt-e à céder sa place. Et celle qui est partie ne l’a pas forcément fait dans un grand élan de spontanéité… Sacrifier le plaisir du jeu au decorum, on la comprend… Quant à la personne qui est rentrée, son échauffement remontait à plus d’une heure et je pense que son énergie était un peu retombée. (Ce qui ne l’a pas empêchée de faire une bonne seconde partie.). Au total, sur les 4 personnes qui ont été en jeu, 2 ont vécu une rencontre un peu tronquée (Les mi-temps ont duré 35 minutes et chacune a joué une mi-temp.)

Je garde donc l’idée de jokers aux coaches mais je pense qu’ils pourraient être retravaillés (avec plus de diversification, en sortant du strict univers du sport?)

Et l’Improlympix, même s’il mobilise autant de moyens techniques que le match, me parait un intermédiaire entre celui-ci et le Catch d’impro. Intéressant,ma foi!

Posted in Debriefing, Le match, Spectacle | Leave a Comment »